RETOUR 
 JACQUES COEUR DE BOURGES
 
Site des Amis de Jacques Coeur
 
JEAN DE VILLAGE, facteur de Jacques Coeur
 

 SOMMAIRE :

Actualités 2008
Actualité 2009
Agnès Sorel
Agnès Sorel, assassinée ?
Albums photos Picassa
Alchimie et Jacques Coeur
Amis de Jacques Coeur
Association Amis de J Coeur
 
Bourges sous Jacques Coeur
Bibliographie
 
Charles VII (Tout sur)
Château (Le) de Boisy
Chios (L'île de)
Chronologie du XV ième siècle
Conférence sur Jacques Coeur
Courrier reçu
Climat (le) en France sous J C.
 
Dauvet (procureur)
 
Enfants de Jacques Coeur
Enigme dévoilée
Essentiel (l') sur Jacques Coeur
 
Gimart, facteur de JC
 
Héritage du patrimoine de JC
Jeanne d'Arc et Jacques Coeur
Jean de Village
 
Lyon et Jacques Coeur
 
Macée de Léodepart
Montpellier
Mort (la) de Jacques Coeur
 
Navires et la mer sous J Coeur
 
Palais Jacques Coeur
Pathographie
Personnage de Jacques Coeur
Plan du site
Portraits de Jacques Coeur
Programme 2008
Programme 2009
 
Questions sur Jacques Coeur
 
Route Jacques Coeur
 
Sources d'information
 
Vie de Jacques Coeur
Village (Jean de )
Voyage (le dernier) de J C
 
ET ENCORE :
 
les restes humains ?
Du nouveau sur Jacques Coeur
Agnès Sorel avec LE MONDE / LIBERATION

 

 

 

 Jean de Villages était ce que l'on va appeler un facteur de Jacques Cœur. On connaît un peu de sa vie, mais surtout par rapport aux galées de France.

Jean de Village qui avait épousé Pérette Cœur, nièce de Jacques Cœur, il était né à Bourges. Son père faisait le commerce du drap dans cette ville et fournissait notamment les religieux de la Sainte-Chapelle.
On connaît :

- Un oncle de Jean de Village s'appelait Pons (ou Pion).
- Thomas de Village, cousin de Jean qui a été patron d'une galée "La Madeleine".

Jean de Villages est né à Bourges, tout comme Jacques Cœur, voici ce qu'il dit en 1456 de sa vie :

" lui estant jeune enfant, demourant en ladicte ville de Bourges, pour ce qu'il avoit grant désir de soy advancer en faict de marchandise…. Trouva moyen de servir ledict Jacques Cueur, lequel, certain temps après qu'il fut avecques luy, pour la confiance qu'il eust de luy donna grans charges en ses affaires et spécialement sur mar, en la conduite et guidaiges de ses gallées sur lesquelles il a faict et trafiqué le faict de marchandise l'espace de dix à douze ans, et patronisé lesdictes gallées et, en ce faisant, marchandé avecques les Mores, Turcz et autres nations étranges".

C'est à partir de l'année 1447 que Jacques Cœur va choisir les patrons de ses galées. Il avait besoin d'hommes de confiance, et à ce titre, Jean de Villages qui "était de la famille" fut l'un d'entre eux.
Jean de Villages prit à cette date de 1447 le commandement du navire "La Madeleine", remplaçant à ce poste Michel teinturier.

Avec Jean Forest, Jean de Village était le patron des "galées de France". On sait qu'il expédia en 1450 un important chargement d'épices vers Paris. Il s'agissait d'épices, de deux cents balles de poivre et de gingembre. C'était en fait une expédition vers Bruges.

Il semble même, à partir de documents que Jacques Cœur accueillait dans son hôtel de Montpellier, pour y habiter plusieurs de ses patrons de galées. Ce fut le cas de Guillaume Gimart, mais aussi de Jean de Villages, puisqu'il est dit que "Jeanne, épouse de Guillaume Gimart habitat régulièrement l'hôtel de Jacques Cœur à Montpellier, en compagnie de Perrette Cœur, nièce du maître épouse de Jean de Villages".

Fidèle parmi les fidèles, Jean de Villages ira jusqu'à refuser en 1451 de remettre au Roi Charles VII, les galées de France, alors que celles-ci étaient la propriété de la couronne. Il reconnaîtra plus tard qu'il avait alors fait une faute, et que cela venait de sa loyauté envers Jacques Cœur, ce dernier n'aurait pas dû le "porter à une telle insoumission".
Lorsqu'il reconnaît ses fautes, Jean de Villages avoue qu'il a, dans ses voyages à Rhodes et au Levant, transporté sans l'autorisation du roi "plusieurs fois de l'argent blanc tant monnayé que en vaisselle en grande quantité qu'il ne saurait déclarer"

Jean de Village ajoute aussi que l'argent fondu à Rhodes étaient ensuite vendu à Alexandrie et comportait la marque d'un trèfle. En fait, c'était une imitation de la fleur de lys du roi Charles VII. Ainsi, Jean de Villages était sans aucun doute, avec Guillaume de Varye, le premier bras droit de l'argentier puisqu'il était au courant de tout et en particulier du trafic illicite d'argent vers le levant.

On cite aussi le don fait par Jean de Villages au roi rené en Provence d'objets rares, lors d'un de ses retours d'Egypte. En particulier "des dindons"…..

On sait aussi que Jean de Villages après la disgrâce, va se réfugier à Marseille. Là, le roi va le poursuivre, mais sans beaucoup de succès. cette exigence paraissant alors "bien estrange, et que le comté n'estoit que voisin non subgect du Roy ne du royaume", et les Provenceaux ajoutaient qu'il y aurait de très graves inconvénients pour qui voudrait enfreindre ces conventions.

Et puis Jean de Villages est celui qui va délivrer Jacques Cœur alors en fuite dans le couvent des Cordeliers de Beaucaire.
Il avait reçu un courrier de Jacques Cœur devenu célèbre, qui commençait ainsi :"mon cher neveu…..", et dans cette lettre d'appel au secours, très émouvante, on a un jacques Cœur aux abois. Il écrit encore "trouvez un moyen de luy aider et de la jeter hors de là où il estoit et de lui sauver la vie".

C'est ce qui se passera. Jean de Villages va réunir une vingtaine d'hommes, aller à cheval à Tarascon et traverser le fleuve pour entrer dans Beaucaire puis dans le couvent, avec l'aide de pioches….. Il récupérèrent Jacques Cœur, et fuirent à Port-de-Bouc puis en barque jusqu'à Marseille.

Lorsque le procureur Dauvet voulut récupérer les biens de Jacques Cœur, il apprit que Perrette Cœur, l'épouse de Jean de Village avait fait mettre en lieu sûr, tout ce qui avait de la valeur dans l'hôtel de Montpellier, et les vêtements, orfèvrerie et autres tapisseries seront envoyées en lieu sûr à Marseille.

A partir de ce moment, Jean de Villages va habiter Marseille et poursuivre le commerce, gérant les biens de l'argentier de Bourges sans doute pour son propre compte où celui de "la famille Cœur".
Il va tout faire pour soustraire au roi de France les biens de Jacques Cœur. Il fera ainsi dépouiller le bateau "La Madeleine" de tout ce qui pouvait servir à la navigation et les avait revendu, ainsi en pièces détachées.

En février 1456, Jean de Villages obtenait du roi de France des lettres de grâce et retrouvait sa fonction importante de capitaine de galées du roi.


Notes sur Jean de Villages

Voir Jacques Heers = Jacques Cœur chez Perrin.

"Note sur la famille de Jean de Villages, associé commercial et neveu de Jacques Cœur". Bourges 1900
Lettre de grâce délivrée en 1456.

Il y a peut-être d'autres renseignements sur cette famille dans "Histoire du Berri" de Thaumas de la Thaumasière et dans "Dictionnaire des familles du Berry" de Petitjean de Maranssange. Ces deux livres sont à la Bibliothèque Municipale.


Dans "les biens immobiliers de Jacques Coeur à Bourges" par Jean Yves Ribault, on trouve dans les comptes de 1407 - 1408 :

- "de Jehan de Villaige, marchant de Bourges, pour ung accordement qui dehue estoit pour l'acquisition d'ung hostel assis au poerier, acquis de Philbert Archambault, à cause des cenbs Saint Ypolite... de ce XV sols tournois" ( archives départ du Cher 8 G 1634 f°29

Pour Jean Yves Ribault, Jean de Village est peut être le père de Jean de Village, marié à Perrette Coeur, elle-même soeur de Jacques Coeur. Il était marchand drapier comme on le trouve dans la fourniture de draps aux enfants de coeur de la Sainte Chapelle de Bourges :

"... A Jehan de Village, pour avoir livré pour lesditz enffans deux aubes de drap, pour faire des chausses.... XXX sols tournois".


Cet article provient de demandes sur Jean de Villages et Les Amis de Jacques Coeur ont bien le sentiment de ne pas répondre aux questions posées.

Mais qui peut apporter des éléments nouveaux sur Jean de Villages.

merci d'avance.

----- Message d'origine -----
De : etienne vaissiere
À : jacques-coeur@bourges.net
Objet : de Village
Bonjour,
Avez-vous des informations sur la famille de Village, amie de Jacques COEUR ?
En particulier d'où est issue Marie Marguerite de Village ° ca 1610 qui x 02-02-1648 Jean FURET sr de Fontrobert, gendarme ordinaire de la Reine.
Merci d'avance
Etienne VAISSIERE
52000 Verbiesles


AUTRE COURRIER


J'ai été très interessé par la visite de votre site mais n'y ai pas trouvé réponse à la question suivante: Jean de Villages, armateur et pirate marseillais, a toujours été dit neveu de Jacques Coeur, mais les généalogies classiques s'affrontent: Existe-t-il des documents authentiques permettant de savoir:
- 1) s'il était bien l'époux de Perrette COEUR, dite nièce de Jacques COEUR, auquel cas il ne serait que le neveu par alliance de Jacques COEUR;
- 2) ou s'il était fils d'une autre Perrette COEUR, celle-ci soeur de Jacques COEUR.

N'y aurait-il pas eu confusion entre 2 personnes du même prénom: un Jean I de VILLAGES, beau-frère de Jacques COEUR, et un Jean II de VILLAGES, neveu de Jacques COEUR, x p.c. 26/1/1466 Madeleine de PAZZI, originaire de Tarascon, mais d'ascendance florentine.... Le Jean de VILLAGES époux de Perrette COEUR étant alors distinct du Jean de VILLAGES époux de PAZZI????
Merci de m'indiquer où trouver des indications fiables et complètes sur
les frères et soeurs et neveux de Jacques COEUR et leurs alliances....
Cordiales salutations,
François Roure

 

 

 RETOUR EN HAUT DE PAGE